Avertir le modérateur

lundi, 29 juin 2009

Problématique du partage des eaux entre la Turquie, la Syrie et l’Irak

Fleuve de l'Euphrate.jpgL’eau, une denrée rare et un enjeu politique, le conseil des ministres arabes de l’eau s’ouvre ainsi aujourd’hui à Alger, alors que la Turquie annonce aujourd’hui qu’elle augmente de moitié le débit du fleuve Euphrate pour aider notamment l’Irak à surmonter la sécheresse.
Aujourd’hui va donc s’ouvrir donc à Alger en Algérie la 1ère session du conseil des ministres arabes de l’eau, les discussions ont déjà démarré à huis clos ce week-end au niveau des experts : La problématique de l’eau dans le monde arabe, les enjeux et les défis à relever.


L’eau, une denrée rare souvent source de conflits autour du partage, exemple dans la région du fleuve Euphrate qui traverse la Turquie, la Syrie et l’Irak. En amont, la Turquie a construit des barrages qui limitent le début du fleuve et pénalise ainsi au bout de la chaîne l’Irak confronté à une vague de sécheresse. Mais aujourd’hui Ankara annonce avoir ouvert les vannes.
La Turquie vient enfin d’honorer sa promesse, 3 mois après l’avoir faite. Ankara a plus que doublé le débit du fleuve de l’Euphrate, un geste qui vise à soulage un peu l’Irak qui souffre d’un gravement d’eau pour irriguer ses cultures. Les vannes des barrages turcs ont donc été ouvertes et le débit est passé à 570 mètres cubes par seconde, et Ankara s’est engagée l’accroître davantage cet été. De son côté la Syrie par où passe également l’Euphrate, s’est aussi associée à cet effort. Pour venir en aide à son voisin irakien, Damas va à son tour ouvrir ses barrages. Récemment Bagdad s’était alarmée d’une possible catastrophe, tant le niveau du fleuve avait baissé.
Mais cette solidarité régionale reste ponctuelle, la question du partage des eaux n’est toujours pas réglée. Dans cette région qui souffre de stress hydrique, le problème fait régulièrement des tensions entre les 3 pays. La Turquie, qui est surnommée le château d’eau du Moyen-orient car de nombreux cours d’eau naissent dans ses montagnes, poursuit une politique de construction de grands barrages (11 ouvrages sont déjà opérationnels près des frontières irakiennes et syriennes). En tout, 22 sont prévus essentiellement destinés à développer l’agriculture intensive dans la région.

03:03 Publié dans Algérie, Economie, Environnement, Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : algérie, problématique de l’eau, partage des eaux, turquie, syrie, irak, euphrate, moyen-orient, politique

Pour recevoir les mises à jour, saisir votre email

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu