Avertir le modérateur

vendredi, 09 janvier 2009

Facebook, le désormais allié très puissant de la Mafia

mafia-sur-facebook.jpgTrouver sympas les parades Cosa Nostra sicilienne et surtout le dire tout haut, ou pour mieux dire, en l’écrivant sur les pages de Facebook - le site de socialisation comme on dit sur Internet - n’a pas l’air de choquer les dirigeants du site. Ils se sont en effet refusés d’effectuer une quelconque censure à l’encontre des supporters déclarés sur le réseau de mafiosi tels que Toto Rina, le parrain arrêté il y a 16 ans et condamné à une quinzaine de perpétuités, ou encore son successeur Bernardo Provenzano en prison lui aussi et Matteo Denaro Messina en cavale, apparemment celui qui a repris le flambeau de la mafia.


Tous sont encensés de façon plutôt gênante, on pense qu’il s’agit là de responsables de dizaines et de dizaines de crimes. On va, de commentaires les définissant comme des hommes d’honneur ou des incompris à d’autres qui les présentent comme de pauvres innocents dont il faudrait baiser la main. Pire encore, il s’agirait d’hommes qui se sont battus pour nous tous comme écrit texto un fan. Bref, de quoi provoquer la colère en Italie, en particulier chez les familles des victimes de la Mafia. Mais toute tentative de faire fermer ces pages scandaleuses a été vaine jusqu’ici.
Sur la liberté d’expression en effet, les américains peuvent être très fermes. Fermes aussi en quelque sorte sur leur pruderie. Ainsi les mêmes dirigeants qui disent non à la censure de la Mafia, disent non à des images de mamans allaitant leurs enfants. Des profiles de ce genre, mis en ligne sur Facebook, ont été retirés par le Network pour cause d’obscénité. Une double morale qui a suscité un tollé en Italie, des milliers d’internautes ont déjà signé des appels sur des pages créées pour l’occasion comme « Ou eux ou nous », et encore « Non à la Mafia sur Facebook ». Une pétition demande même au ministre de la communication d’envisager la fermeture du site pour apologie de délit punissable par le code pénal en Italie. Le parquet de Palerme s’apprête à ouvrir une enquête car derrière cet enthousiasme en ligne pour les parrains pourrait se cacher, selon nombre de commentateurs, une stratégie précise de Casa Nostra, retrouver par le biais d’Internat ce qu’elle a perdu sur le terrain.
D’ailleurs les fans des parrains de la mafia n’y vont pas par 36 chemins ! Ainsi à côté de celui qui lance ouvertement l’appel à libérer Toto Rina, voici celui qui se demande apparemment de façon innocente « mais sommes-nous sûrs qu’ils sont vraiment coupables ? ». C’est ce qu’a été toujours l’objectif de la mafia, saper la crédibilité des jugements de la magistrature pour revoir les procès.
Ce qui change, c’est que la mafia a trouvé un allié très puissant qui n’est autre que Facebook.

23:04 Publié dans Web | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : facebook, mafia, cosa nostra, italie

Pour recevoir les mises à jour, saisir votre email

Commentaires

a chier la cosa nostra vive le flnc

Écrit par : al | jeudi, 22 janvier 2009

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu