Avertir le modérateur

mardi, 11 novembre 2008

Barack Obama et l’effet incroyable qu’il a sur la classe politique française

83601964.jpgLe président français Nicolas Sarkozy a célébré en son élection, une nouvelle rupture. Ségolène Royal, la fraternité. François Bayrou, la rencontre d’un homme et d’un peuple. Le patronat, la modernité. Bref, tous pour Obama et Obama pour Chacun. Est-ce par ce qu’il est américain, qu’à la fois la gauche et la droite françaises peuvent se reconnaître en lui ? C’est d’abord un processus politique classique. L’immense popularité de Barack Obama est liée à l’espoir qu’il incarne, quand 80 % des français (pour ne pas parler des autres européens) le plébiscitent, et qu’on est une femme ou un homme politique, on essaye de capter une part de cette approbation et de cette adhésion, donc on s’en réclame, c’est donc un phénomène extrêmement classique.


Après il faut savoir ce qui est justifié ou ce qu’il ne l’est pas, il y a en tout cas un grand point commun dans l’adhésion à Obama et la quête de la démocratie participative, comme dit Ségolène Royal. Une bonne part du succès d’Obama vient donc de ce que il a réussi, à faire participer un maximum de gens, et il a réussi à mobiliser notamment les jeunes, n’oublions pas qu’il fortement majoritaire chez les jeunes mais minoritaire chez les seniors. Donc C’est ce qui représente ces points communs et ce vers quoi regardent tous les partis français, l’UMP évidemment qui est déjà forte du succès de Sarkozy qui s’est attribué, à juste titre, une bonne part du niveau record de participation à l’élection présidentielle, mais au-delà comment faire participer à la vie démocratique.
La grande différence quand même entre le paysage politique français et celui américain, c’est qu’en France on est dans un clivage radical (en tout cas au niveau où s’expriment les leaders politiques) alors que Barack Obama, aux Etats-Unis, tient le discours de la réconciliation et de l’Union. La France est en crise et personne ne songe un instant à ce que, face à cette crise, on puisse avoir une configuration de type Union nationale. Nicolas Sarkozy parce que, à ses yeux, ce serait rendre service ou valoriser à l’excès l’opposition, et cette dernière, notamment socialiste, parce que à ses yeux il faut dénoncer, quoiqu’il arrive, Nicolas Sarkozy, le PS étant irrésistiblement et malencontreusement toujours attiré par l’hétéro raison radicale de Besancenot.

17:28 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : etats-unis, france, politique, ps, sarkozy, ségolène royal, besancenot

Pour recevoir les mises à jour, saisir votre email

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu