Avertir le modérateur

samedi, 23 août 2008

La banque Mondiale donne un coup de semonce à la Mauritanie

774010823.2.jpgLa junte militaire qui a pris le pouvoir en Mauritanie est à nouveau sous la pression internationale. Après les Etats-Unis et la France, la banque mondiale suspend une aide au développement de 175 millions de dollars, réclamant le retour à l’ordre constitutionnel dans le pays. Une aide non humanitaire mais dont la Mauritanie a grand besoin aujourd’hui en raison de sa situation économique très difficile.

 


175 millions de dollars exactement de fonds suspendus, et qui font partie d’une aide globale de la banque mondiale de 413 millions de dollars pour financer plusieurs projets en Mauritanie. Et très concrètement cette suspension d’aide va affecter quelques 17 projets nationaux, ainsi que la participation de la Mauritanie à des projets régionaux de la banque mondiale dans les domaines du développement rural, de la santé, de l’éducation et des infrastructures comme la construction de routes. C’est « Le prix à payer » explique le porte-parole de la banque mondiale, « le prix à payer par la Mauritanie chaque fois qu’il y a une instabilité politique ».

La banque mondiale est donc la 1ère à appliquer sa menace de sanctions, les Nations Unies et l’Union Européenne réfléchissent également à la suspension de leurs aides, et des pays donateurs comme la France ou les Etats-Unis ont déjà fait part de leur intention de geler leurs projets d’aide public au développement.

Des mesures pour sanctionner le coup d’état du 6 août dernier, mais qui ne touchent pas à l’aide humanitaire et alimentaire à la Mauritanie. La communauté internationale marque sa désapprobation, et cela ne semble pas pour l’instant inquiéter les militaires actuellement au pouvoir qui indiquent que 80 % des aides devant parvenir à la Mauritanie ces 3 prochaines années, n’émanent pas de ceux qui menacent de sanctionner le pays.

Autre façon de marquer sa désapprobation, la commission européenne et la France réclament la libération immédiate et inconditionnelle du 1er ministre renversé, car ils qualifient son arrestation d’ « inacceptable », elle est intervenue jeudi alors qu’il s’apprêtait à se rendre à un meeting politique, Ould Ahmed Waghf a été transféré par les militaires dans sa ville natale où il a été assigné à résidence.

17:13 Publié dans Mauritanie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mauritanie, banque mondiale, france, developpement

Pour recevoir les mises à jour, saisir votre email

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu