Avertir le modérateur

lundi, 21 juillet 2008

Nucléaire iranien, la diplomatie turque entre en jeu

364482286.jpgCondoleezza Rice reparle de mesures punitives si Téhéran campe sur ses positions nucléaires. Pour tenter de débloquer la situation, la Turquie, qui a déjà fait la médiation entre Israël et la Syrie, devrait entrer en jeu ; et c’est la demande qu’assure avoir reçu le chef de la diplomatie turque.


Le 1er ministre britannique s’est exprimé devant le parlement israélien, la Knesset, il a menacé l’Iran d’un durcissement des relations avec la communauté internationale si Téhéran n’accepte pas les propositions reformulées par les 5 membres du conseil de sécurité et l’Allemagne, ce week-end à Genève, des propositions pour empêcher le développement d’un programme nucléaire controversé. Quelques heures avant, Condoleezza Rice parlait de mesures punitives s’il n’y a pas de réponses sérieuses d’ici 2 semaines. Bref, le temps et le ton de la détente semblent donc révolus, mais les espoirs se tournent maintenant vers une diplomatie de plus en plus active, celle de la Turquie qui a déjà obtenu des résultats entre Israël et la Syrie.

Le négociateur iranien sur le nucléaire a fait une halte surprise à Ankara hier soir, il rentrait de Genève où les négociations avec les occidentaux s’étaient encore soldées par un échec. Pour tenter de débloquer la situation, Ankara a une nouvelle fois offert ses services, « un rôle de facilitation et de consolidation, ce sera donc la mission de la Turquie » a déclaré son ministre des affaires étrangères Ali Babacan, selon le ministre, ce sont les deux parties qui lui ont demandé de servir de médiateur informel.

La Turquie possède plusieurs atouts pour accomplir cette tache, car elle s’entend avec tout le monde, avec les Etats-Unis tout d’abord, c’est son allié au sein de l’OTAN, et avec l’Iran son voisin, les deux pays avaient toujours entretenu des relations de bon voisinage sans plus. Mais depuis 2002 avec l’arrivée au pouvoir des islamo-conservateurs turcs, les liens se sont resserrés, les deux capitales partagent désormais des intérêts communs dans la région, la lutte contre les rebelles kurdes du PKK réfugiés dans les montagnes irakiennes, ils mènent des incursions sur des territoires turcs et iraniens. La question énergétique qui les rapproche également, l’Iran fournit du gaz à son voisin, et les compagnies turques pourraient investir très prochainement dans des champs gaziers iraniens.

La Turquie est donc entrain de consolider son statut de médiateur entre l’Orient et l’Occident, elle joue déjà l’intermédiaire dans les médiations indirectes entre Israël et la Syrie jusqu’à présent avec succès.

19:20 Publié dans Monde | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : etats-unis, iran, médiation, nucleaire, turquie

Pour recevoir les mises à jour, saisir votre email

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu