Avertir le modérateur

mardi, 08 juillet 2008

Pacte sur l’immigration présenté par la France

1167936017.jpgPlus de 600 candidats à l’immigration illégale sont arrivés sur l’île sicilienne de Lampedusa, alors que l’Union Européenne a validé hier le pacte sur l’immigration proposé par la France, d’importantes modifications ont tout de même été apportées au projet.

Le centre de rétention de l’île sicilienne de Lampedusa est à présent saturé, en quelques heures plus de 600 candidats à l’immigration illégale ont débarqué et 50 sont entrain d’arriver, après avoir été secourus par les Garde-côtes italiens.

 


La pression migratoire reste donc plus que jamais forte, au moment ou les ministres de l’intérieur et de la justice de l’Union Européenne ont validé hier en France, le pacte proposé par la présidence française sur l’immigration.
L’une des 4 priorités de la présidence française de l’Union Européenne, et après avoir réussi son examen de passage, plus rien ne s’oppose donc à l’adoption de ce pacte par les etats membres en octobre prochain. Pour cela et face aux réticences de certains, les espagnols notamment, Paris a quand même du revoir ses ambitions à la baisse, Nicolas Sarkozy, on s’en souvient, n’avait pas apprécié la régularisation de 700.000 immigrants en Espagne il y a 3 ans, craignant qu’une telle mesure n’agisse comme un appel d’airs, et souhaitait donc que les régularisations massives soient désormais interdites sans consultation préalable des autres membres de l’Union. Finalement le texte écarte toute mesure contraignante, et se borne à stipuler que les états membres s’engagent à se limiter à des régularisations au cas par cas et non générales, dans le cas des législations nationales et pour des motifs humanitaires ou économiques, chaque état restant maître de décider des conditions d’admissions sur son territoire des migrants légaux, et de fixer le cas échéant leur nombre, autrement dit, chacun pourra en gros continuer à faire comme bon lui semble. De la même manière, Paris souhaitait aussi que chaque état européen fasse signer à ses immigrés un contrat d’intégration, par lequel il s’engageait à apprendre la langue du pays d’accueil et à en respecter les lois et les valeurs, mais là encore tout caractère obligatoire a disparu de la mouture finale. Pour le reste, le texte vise tout à la fois à encadrer l’immigration légale et à combattre l’immigration illégale, partant du principe que les étrangers en situation irrégulière, doivent quitter le territoire de l’Union, et qu’en ce qui concerne les immigrants réguliers, les états membres sont invités à mettre en place une politique qui tienne compte de leurs marchés du travail.

On s’inspire donc fortement du thème d’immigration choisie chère à Nicolas Sarkozy, sans aller toutefois jusqu’à parler de quotas. D’ailleurs, hasard malheureux du calendrier, sans doute un rapport qui doit être remis en fin de semaine au gouvernement français, mais dans les grandes lignes ont été publiées dans la presse, fait un sort à ces quotas, qualifiés d’irréalisables, inefficaces ou même sans intérêt.       

17:44 Publié dans Monde | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : immigration, france, sarkozy, politique, europe

Pour recevoir les mises à jour, saisir votre email

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu