Avertir le modérateur

mardi, 08 juillet 2008

G8 Environnement, Absence de visions a moyen terme

1638238623.jpgPour lutter contre le réchauffement climatique, les pays les plus industrialisés se fixent un objectif, réduire de 50 % leurs émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050, une annonce faite lors du sommet du G8, mais 2050 c’est loin, et beaucoup sont sceptiques, à l’image de l’Afrique du sud qui parle d’un slogan vide de sens.


Le G8  demande également une hausse des capacités de production de pétrole pour faire baisser les prix, en attendant, Paris veut l’Europe publie chaque semaine ses stocks pétroliers comme le font les Etats-Unis, pour tenter de calmer la volatilité des marchés.

Apres avoir promis hier de doubler l’aide au développement pour l’Afrique, les pays les plus industrialisés se sont attaqués aux changements climatiques, et nouvelle promesse, réduire les émissions de gaz à effet de serre de 50 % d’ici 2050.

Un progrès au regard du sommet du G8, puisque cette fois les pays les plus industrialisés de la planète se son bel et bien engagés sur des objectifs chiffrés, réduire de 50 % les émissions de gaz à effet de serre, responsables du réchauffement climatique, d’ici 2050, objectif chiffré auquel avaient jusqu’à présent toujours refusé de souscrire les Etats-Unis, principal pollueur de la planète ; un pas en avant donc, qui ouvre la porte des négociations dans le cadre de l’ONU, vers un accord global attendu fin 2009 à Copenhague, lequel succèdera au protocole de Kyoto, dont les objectifs expirent fin 2012.

La déclaration du G8 fait de plus appel à la contribution de toutes les principales économies de la planète, une formulation qui vise à impliquer les grands pays émergents comme la Chine et l’Inde, devenus eux aussi de gros émetteurs de CO2. De bonnes intentions ou des promesses affichées, mais dont le contenu va maintenant devoir être précisé puis confirmé pays par pays. Les Etats-Unis se sont certes engagés mais en faisant gommer dans le texte toute mention d’objectifs à moyen terme, comme le souhaitaient par exemple les européens engagés sur une réduction de 20 % de leurs émissions à l’horizon 2020.

Une absence de vision à moyen terme qui rend l’engagement du G8 suffisamment flou, pour qu’il soit en fait vide de sens. Que sera en effet la situation énergétique, économique et environnementale de la planète en 2050 ? Impossible de le projeter, d’où les violentes critiques des ONG qui estiment que le G8 a une nouvelle fois repoussé l’action, selon Oxfam « Le monde sera cuit en 2050 », si rien n’est fait très rapidement ; et pour GreenPeace « cet accord n’empêchera pas le chaos climatique ». L’Afrique du sud invitée à ce sommet avec d’autres puissances émergentes, parle même de régression au lieu de progrès, selon son ministre de l’environnement présent au Japon, « un accord portant seulement sur le long terme est un accord vide de substance », il regrette ainsi que les 8 pays les plus industrialisés responsables de 62  % des émissions de gaz à effet de serre, ratent une nouvelle occasion d’affirmer leur leadership sur la question climatique de loin l’une des plus sensibles du 21ème siècle.

18:13 Publié dans Environnement | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : g8, environnement, ong, etats-unis

Pour recevoir les mises à jour, saisir votre email

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu