Avertir le modérateur

mardi, 01 juillet 2008

Pétrole, controverse entre producteurs et consommateurs

412242499.jpg L’explosion des prix du pétrole n’en finit pas de remettre en cause les schémas de développement, et alimente une controverse entre producteurs et consommateurs, c’est à Madrid cette semaine, dans le cadre du Congrès Mondial du Pétrole. Les producteurs accusent la spéculation d’être à la racine de l’envolée des cours, mais la spéculation comment fonctionne-t-elle ?

La flambée des cours, les prix doublés en 1 an seulement, continuent de faire tanguer toute l’économie mondiale, on prend désormais la température des marchés pétroliers heure par heure, ce mardi au lendemain du nouveau record (plus de 143 dollars le baril), petite décélération, les prix tournent en ces moments autour de 140 dollars. Comment vivre avec un baril à 140 dollars donc, et beaucoup plus encore avant la fin de l’année ?

On n’en finit pas de poser la question désormais dans toutes le enceintes internationales, les débats succèdent aux débats, cette semaine c’est à Madrid, le Congrès Mondial du Pétrole, 3000 participants, et une ligne de fracture entre producteurs et consommateurs qui s’opposent donc sur les raisons de cette folle envolée des prix. Pour les producteurs, il y a des coupables, ce sont les spéculateurs, et le souverain saoudien le redit d’ailleurs aujourd’hui encore. Campanie pétrolière et producteurs ne sont pas d’accord, et désignent avant tout l’insuffisance de la production. Controverse donc sur le poids, sur l’impact de la spéculation plus que sur son existence d’ailleurs, mais la spéculation qu’est ce que c’est au juste ? Comment fonctionne t-elle ?

Les gens qui spéculent sont des gens qui disposent de sommes d’argent suffisantes pour acheter un contrat de pétrole à terme, mais qui font un peu comme quelqu’un qui va au casino, qui veut jouer à la roulette, il peut perdre ou peut gagner. Mais ce n’est pas ça le principal, les plus grands et les plus importants spéculateurs, ce sont les grandes institutions financières, toutes ces organisations (les banques) qui reçoivent les dépôts, de l’argent, pour réaliser le maximum de profit, depuis quelque temps, beaucoup estiment que l’envolée est due aux données des marchés pétroliers, et non pas par hasard c-a-d ce n’est pas par hasard qu’on choisit de spéculer sur telle ou telle chose, cela se fait après étude et réflexion, et lorsqu’on considère qu’il y a de bonnes chances que tel ou tel produit qu’on achète, son prix va augmenter ; alors quand ils considèrent que le prix du pétrole va augmenter, là, ils achètent des contrats de pétrole à la bourse qu’on appelle contrats papier, parce que en générale ça n’aboutit jamais à la livraison de cargaisons pétrolières, c’est juste des contrats qu’on achète avec échéance le mois prochain ou dans 2 à 3 mois, pendant 5 ans, ou même encore en 2016.

Parmi les interventions faites à Madrid au Congrès Mondial du Pétrole, notons celle du délégué de l’Agence internationale de l’énergie, l’AIE qui estime d’ailleurs que la spéculation ne doit pas être un bouc émissaire.

 

17:02 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pétrole, économie, madrid, bourse

Pour recevoir les mises à jour, saisir votre email

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu