Avertir le modérateur

lundi, 30 juin 2008

Stupeur en France au lendemain de la fusillade de Carcassonne

702637190.jpgFrance, incompréhension au lendemain de la fusillade qui a blessé hier 17 personnes venues assistées à une journée portes ouvertes dans une caserne, un sergent a tiré à balles réelles dans la foule, alors que son fusil aurait du être chargé à blanc, une enquête est ouverte, le chef de l’état français dénonce des négligences inacceptables.


Lors d’une journée portes ouvertes dans une caserne à Carcassonne, un soldat a brusquement à balles réelles tiré dans le public venu assisté à divers exercices, 17 personnes ont été blessées dont 2 très grièvement, on craint encore pour leurs vies ce matin. Un incident absolument inexplicable, compte tenu des procédures en vigueur dans l’armée, alors faute grave et accident ou bien geste calculé et crime, c’est maintenant aux enquêteurs d’essayer de l’établir.

Pour l’instant aucune piste n’est écartée, le ministre français de la défense considère qu’il est trop tôt pour se prononcer, la seule chose dont on soit sur, dit-il, c’est qu’il y a eu des fautes et des graves manquements dans les proc »dures, l’Etat-major ajoute, c’est typiquement le genre d’accidents qui ne peut pas arriver. Hélas pour lui, l’accident hier a bien eu lieu, pire il a failli tourner à la catastrophe, tout s’est joué en quelques secondes seulement dans l’enceinte de la caserne, précisément  sur le stade qui sert d’habitude à l’entraînement du 3ème régiment de parachutistes de Carcassonne, des hommes aguerris, formés aux missions difficiles, c’est même l’une des rares unités d’élite qu’on envoie en priorité sur les théâtres de guerres.

La journée d’hier portes ouvertes avait précisément pour objectif de montrer au public, l’une de ces missions délicates, en l’occurrence, une libération de d’otages. Les témoins racontent : les soldats ont traversé le terrain pour atteindre l’objectif, et selon un scénario bien rodé, une partie du commando a quitté les lieux avec l’otage, pendant que l’autre était chargée de couvrir sa fuite en tirant derrière un écran de fumigène ; c’est à ce moment précis que dans les tribunes, plusieurs personnes se sont écroulées, 17 donc au total, dont es enfants installés au premier rang, tous touchés par des balles réelles, pourquoi, comment ? l’enquête ne fait que commencer ; l’homme qui a tiré est un sous-officier, ne présentait dans son dossier aucune mention de troubles psychologiques, alors a-t-il agi accidentellement peut-être ? mais si oui, comment les militaires sont aujourd’hui unanimes ? il est à priori difficile de confondre des balles à blanc et des balles réelles plus lourdes et plus visibles, et surtout étroitement contrôlées, tout est noté, consigné, les stocks sont même filmés par des caméras de surveillance.

En visite ce matin, le président Sarkozy s’est dit consterné, pour l chef de l’état, il s’agit là de négligences inacceptables qui devront être sanctionnées rapidement et sévèrement.

18:30 Publié dans Monde | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : france, sarkozy, carcassonne, armée

Pour recevoir les mises à jour, saisir votre email

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu