Avertir le modérateur

mardi, 24 juin 2008

Remaniement à la tête du gouvernement en Algérie

Ahmed Ouyahia le retour.

Ahmed Ouyahia revient et succède à Abdelaziz Belkhadem pour un troisième mandat de 1er 26262900.jpgministre. Désaveu pour Belkhadem, écrit ce matin la presse privée, sur fond de tensions sociales et non réalisation du programme du président.

Pour la 3ème fois de sa carrière Ahmed Ouyahia prend donc la direction du gouvernement algérien, il a été nommé hier lundi en remplacement d’Abdelaziz Belkhadem, le N° 1 du FLN qui devient pour sa part, représentant personnel du chef de l’état. 



Le remaniement s’accompagne de quelques retouches au sein du gouvernement, mais les principaux portefeuilles conservent leurs titulaires, qu’ils s’agissent des affaires étrangères, de l’intérieur ou de l’énergie et des finances. Ahmed Ouyahia 56 ans, retrouve donc un poste qu’il avait déjà occupé sous la présidence d’Abdelaziz Bouteflika, sa 1ère déclaration juste après sa nomination « Nous allons poursuivre l’application du programme présidentiel ». La presse privée algérienne développe largement l’information ou sans doute, al plupart des quotidiens sont d’accord pour dire qu’Abdelaziz Belkhadem est sanctionné pour l’inertie et pour les échecs de son équipe.

C’est avant tout le retour aux affaires de celui que l’on croyait fini, Ahmed Ouyahia l’Outsider se voit maintenant qualifié d’increvable par le quotidien Liberté, 2 ans après son départ, il reprend les rênes d’un gouvernement en panne, le quotidien y voit plutôt une bonne nouvelle, cet énarque de 56 ans est l’homme des réformes, il a 2 objectifs prioritaires, s’assurer que les grands chantiers seront livrés dans les délais et préparer les présidentielles de 2009, mais comme il aime à le répéter, pour lui, la 1ère des réforme est de parvenir à changer la mentalité des algériens. Le journal voit également à travers le retour d’Ahmed Ouyahia, le moyen de définir clairement les taches de chacun, l’exécutif se concentre sur les réformes, ce qui le détache de la campagne pour le 3ème mandat du président Bouteflika.

Quant à Abdelaziz Belkhadem redevenu ministre d’état, et représentant personnel du président, il a désormais les coups des franges pour finaliser le projet de révision de la constitution, une étape nécessaire pour permettre au chef de l’état de se représenter pour parvenir à ses faims. Le président Bouteflika aura besoin d’un meilleur bilan, d’où cette volonté de rebooster un gouvernement atteint de léthargie, le quotidien L’Expression souligne à cet effet que le passage d’Abdelaziz Belkhadem n’aura été marqué que par une série de crises sociales, pénuries alimentaires, émeutes populaires et grognes sociales, pour les autres changements au sein du gouvernement, ils sont d’ordre purement technique, commente le journal, « mais quel deal se cache derrière cette distribution des cartes ? », titre le Soir d’Algérie, une question sans réponse, mais il ne fait aucun doute pour le quotidien que l’exécutif va désormais appliqué un autre programme, avec un autre style et une nouvelle doctrine. Le revers est cinglant pour Belkhadem et plus largement pour le FLN dont il est le secrétaire général, avec cette question en toile de fond « pourra-t-il conserver la maison FLN ? » mais ça, c’est un autre débat.

19:22 Publié dans Algérie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : algérie, politique, ahmed ouyahia, fln

Pour recevoir les mises à jour, saisir votre email

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu