Avertir le modérateur

vendredi, 20 juin 2008

Immigration : La polémique fait rage autour de la "directive retour"

286418659.jpgL’immigration vers l’Europe, qu’elle soit régulière ou illégale, elle pose problème, et les 27 tentent de dégager une politique commune à travers déjà la très controversée "directive retour" adoptée par le parlement européen, ou encore les initiatives de la France ou bien de l’Espagne et son plan d’incitation au retour des immigrés au chômage présenté aujourd’hui à Madrid.


La question de l’immigration avec d’une part toutes ces arrivées massives en Europe de migrants illégaux, 26 personnes ont été secourues au large de Malte hier soir, leur bateau venait de faire naufrage, l’un des passagers porté disparu. Des drames donc et des dizaines de bateaux interceptés ou secourus au large des Canaries, de Malte ou de Lampedusa en Italie, tous ces hommes et toutes ces femmes qui tentent à la faveur du beau temps de gagner l’Europe, au moment ou les 27 tentent de s’organiser pour faire face à cette immigration, qu’elle soit d’ailleurs illégale ou régulière, avec par exemple l’Espagne et son projet de loi incitant au retour, cette semaine en outre, le parlement européen a adopté un autre texte concernant les illégaux, la "Directive retour" qui fait déjà polémique.

Une directive qui illustre une nouvelle fois, la nette tendance au durcissement observée ces dernières années sur les questions migratoires, l’Europe renforce sa lutte contre l’immigration illégale, mais elle conditionne également toujours plus sévèrement le séjour des étrangers en situation régulière.

La "directive retour" tout d’abord sur l’expulsion des illégaux, elle a été adoptée cette semaine par les députés européens afin d’harmoniser les législations des 27 en la matière, le texte permet d’étendre la durée de rétention jusqu’à 18 mois, il interdit aussi l’accès de l’espace européen aux expulsés pendant 5 ans et donne la possibilité d’expulser les mineurs non accompagnés, les 27 pays de l’Union ont maintenant 2 ans pour adapter leur législation à cette nouvelle directive.

L’harmonisation des politiques migratoires également au centre d’impact européen, proposée par la France qui s’apprête à prendre le 1er juillet, la présidence tournante de l’Union Européenne, impact qui entend fixer 5 priorités : promotion de l’immigration choisie à caractère professionnel, irrestriction du regroupement familial, abandon des régularisations massives, renforcement des contrôles aux frontières, échange d’informations sur les demandeurs d’asile et enfin développement solidaire (sorte de partenariat avec les pays d’origine et de transit de l’immigration).

Une volonté d’harmoniser qui ne fait pas taire pour autant les intérêts particuliers des pays concernés comme l’Espagne, le gouvernement Zapatero présente aujourd’hui son plan d’incitation au retour volontaire pour le immigrés réguliers actuellement au chômage en Espagne, un plan qui propose une aide au retour, et notamment la poursuite du versement d’une allocation chômage dans le pays d’origine ; Madrid doit ainsi faire face aux conséquences de la crise économique qui a restreint le marché de l’emploi pour les étrangers, notamment dans le bâtiment, un nouveau revirement après la régularisation de 600.000 illégaux en 2005, qui n’empêche pas le 1er ministre espagnol de critiquer le projet français de pacte européen, lequel pourrait violer selon lui, la constitution espagnole.

Et les critiques elles, sont encore nombreuse concernant l’adoption par le parlement européen, mercredi de cette fameuse "directive retour" qui fixe donc les normes communes de renvoi des immigrants illégaux, critiques des organisations de défense des droits de l’homme, mais aussi de nombreux pays d’Amérique Latine, le président équatorien parle de "directive de la honte", le président bolivien appelle les pays de l’Afrique à se joindre au combat pour obtenir le retrait de cette loi qui, dit-il, "porte atteinte à la vie et aux droits des personnes", plus spectaculaire Hugo Chavez, le président vénézuélien menace de ne plus fournir de pétrole aux européens, menace qualifiée d’"absolument disproportionnée" par le chef de la diplomatie européenne Javier Solana.

20:06 Publié dans Economie, Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : europe, france, immigration, espagne, immigration polemique directive retour

Pour recevoir les mises à jour, saisir votre email

Commentaires

Ni H.Chavez ni les lois ne réussiront à arrêter le flux migratoire .Celui ci cessera quand les européens eux mêmes commenceront à faire les sales boulots . Si les immmigrés ne trouvent pas de boulot ni de quoi payer leur bouffe ni de quoi payer un loyer (pour une cave ou un conteneur; à ce moment là ....
Mais détrompez vous les sales besognes seront toujours disponibles pour ceux qui veulent bien se faire esclavager (Pour ces gens là l'euro est dix à quinze fois supérieur à leur monnaie ,alors la boucle est bouclée et aucune loi ne sera ni appliquée ni efficace ! d'ailleurs tant mieux!!!

Écrit par : Pelikan | vendredi, 20 juin 2008

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu