Avertir le modérateur

dimanche, 01 juin 2008

EADS dans la tourmente du scandale des délits d’initiés

656668286.jpgL’ex coprésident du grand groupe européen d’aéronautique Noël Forgeard a été mis en examen et devra payer 1.000.000 d’euros de caution, une vingtaine d’autres personnes sont mises en cause dans cette affaire de vente d’actions juste avant une chute de leur valeur sur les marchés.

C’est la première fois en France qu’un dirigeant d’une  telle notoriété est ainsi mis en cause sur le plan pénal, les juges considèrent en effet qu’il existe des indices graves et concordants, laissant penser que l’ancien patron de EADS a financièrement tiré profit d’informations privilégiées sur l’état du groupe aéronautique, fin 2005 et début 2006, en vendant pour 4.300.000 euros de stock-options,

en clair, ils le soupçonnent de délit d’initié pour avoir réaliser cette confortable plus-value, à un moment que l’action EADS était au plus haut, juste avant la révélation des retards de production de l’Airbus A380 qui allait faire perdre au titre plus du quart de sa valeur. Délit d’initié, une qualification qui peut valoir à Noël Forgeard jusqu’à 2 ans de prison et une amende pouvant atteindre 10 fois le montant du profit tiré de cette infraction. Après sa garde à vue, l’ex industriel a été laissé en liberté, mais pour cela il a du acquitter une caution record de 1.000.000 d’euros, et se voir imposer un contrôle judiciaire très sévère qui l’interdit par exemple d’entrer en contact avec son ancien directeur de cabinet.

Une annonce qui a jeté un froid chez EADS ou l’on s’attend à vivre des journées difficiles, puisque 16 autres dirigeants du groupe français ou allemands, anciens ou actuels, pourraient bien être poursuivis à leur tour, ils n’ont des moindre, puisque parmi eux l’on compte des hommes comme Thomas Enders, l’actuel patron d’Airbus, mais aussi le directeur général du groupe, son directeur financier et son directeur des ressources humaines, en d’autres termes, les principaux responsables du 1er constructeur aéronautique mondial dont le fonctionnement même pourrait être perturbé si tout ce beau monde se voyait contraint à son tour de cesser d’entretenir tout contact. Quant à Noël Forgeard qui se défend de tout acte illégale, il estime que les 4.300.000 euros de plus-value n’ont rien que de très mérités, et qu’au terme d’une carrière bien remplie, iul s’agissait pour lui de préparer sa retraite ; Noël Forgeard qui lors de son départ de EADS en 2006 avait touché de substantielles indemnités au plus de 8.500.000 euros.       

01:37 Publié dans Economie, Monde | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : eads, noël forgeard, airbus, france, délit d’initié, eads dans la tourmente du scandale

Pour recevoir les mises à jour, saisir votre email

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu