Avertir le modérateur

mercredi, 21 mai 2008

Accord trouvé à Doha pour régler les conflits interlibanais

1715607417.jpgLes parties libanaises sont parvenues à un accord à Doha, un compromis donc pour régler les conflits interlibanais, pour cela, l’élection du général Sleiman doit être faite dès dimanche prochain, sera suivie de la formation d’un gouvernement d’union nationale avec minorité de blocage pour l’opposition, autre clause, la révision de la loi électorale. Ce sont les principaux points de cet accord salué par tous les voisins du Liban et acteurs du dossier, un accord qui ne règle pourtant pas tous les problèmes.


Beyrouth retrouve aujourd’hui un visage plus normal, l’opposition libanaise y a en effet mis fin au sit-in qui bloquait le centre de la capitale depuis décembre 2006, c’est la toute 1ère conséquence heureuse de l’accord annoncé en grande pompe ce matin à Doha au Qatar, accord plutôt inespéré d’ailleurs tant les cinq premiers jours de négociations entre majorité et opposition avaient été tendues. Les médiateurs Qatar et Ligue Arabe ont donc fini par trouver une issue, ni vainqueur ni vaincu disent-ils, le compromis accepté par toutes les parties libanaises permet de régler toutes les questions immédiates les plus brûlantes, il met fin à sept mois de vide institutionnel et politique.

L’accord comprend plusieurs points dont un 1er qui est le plus urgent, l’élection d’un nouveau président, le parlement doit se réunir ce dimanche à Beyrouth pour y procéder, un point essentiel puisque les institutions du pays restaient bloquées depuis le départ d’Émile Lahoud en novembre dernier, le chef de l’armée le chrétien maronite Michel Sleiman don le nom fait déjà l’objet d’un consensus, doit ainsi être élu.

2ème point la formation d’un gouvernement d’union nationale, il sera composé de 30 membres, le Hezbollah obtient satisfaction puisqu’il disposera de 11 ministres sur 30, et donc d’une minorité de blocage, c’est une nouvelle reculade du gouvernement actuel, 16 autres portefeuilles devront revenir à la majorité, les 3 derniers étant attribués par le président lui-même.

La majorité obtient en retour dans un 3ème volet, une clause engageant les parties à ne pas démissionner du gouvernement et à ne pas entraver son action, ce que faisait l’opposition  depuis 18 mois.

Le 4ème volet réhabilite la loi électorale de 1960, avec des amendements concernant les 3 circonscriptions de Beyrouth en vu d’élections législatives en 2009, c’était également l’un des principaux sujets de discorde.

Les autres points laissent apparaître en revanche d’importantes contradictions, les 5ème et 7ème notamment, qui interdisent le recours aux armes et qui concentrent l’autorité sur les forces de sécurité dans les seules mains de l’état, quel état justement !! puisque le Hezbollah n’a jamais rendu ses armes et a refusé encore une fois d’en discuter au Qatar, le mouvement Chiite qui continue ainsi de former un état dans l’état, ce qui rend d’avance très délicate l’application de l’accord de Doha dans son ensemble ; 2 autres points prévoient en effet l’extension de l’autorité du gouvernement à toutes les régions du pays, ce qui dépendra donc de la volonté du Hezbollah.

Enfin dernier point qui marque l’aspect consensuel de cet accord, els dirigeants politiques devront s’abstenir d’user un langage de division qui exacerbe les tensions politiques et confessionnelles.

18:07 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : liban, hezbollah, majorité, beyrouth, qatar, michel sleiman, opposition

Pour recevoir les mises à jour, saisir votre email

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu