Avertir le modérateur

lundi, 19 mai 2008

Le Moyen Orient se retrouve au centre du débat électoral américain

2143449654.jpg Les vives échanges entre le président Bush et le candidat à l’investiture démocrate Barack Obama, la polémique fait rage, après les propos du président Bush accusant Obama de vouloir dialoguer avec les ennemis des Etats-Unis.

La polémique fait rage après les attaques du président Bush contre le favori à l’investiture démocrate à la présidentielle Barack Obama, attaques sous forme d’accusations.

Le Moyen Orient s’est retrouvé au centre du débat électoral américain, et ce à cause d’une remarque de quelqu’un qui n’est pas candidat !!

S’adressant jeudi à la Knesset (le parlement israélien), le président Bush a critiqué ceux qui prônent un dialogue avec l’Iran, Al-Qaida ou le Hamas, il les a comparés à ceux qui, à la veille de la deuxième guerre mondiale, avaient cru pouvoir apaiser les intentions guerrières d’Adolf Hitler avec les résultats qu’on sait.

Si ce commentaire du président américain a déclenché une salve d’applaudissements de la part des parlementaires israéliens, il a provoqué aux Etats-Unis une rafale de critiques. Barack Obama qui n’a nul désir d’hériter du parapluie de l’ancien 1er ministre britannique Nevil Chamberlain, s’est senti visé. Il s’était en effet déclaré prêt (lors d’un débat avec Hillary Clinton) à rencontrer le président Ahmadinejad, Hugo Chavez ou Fidel Castro ou quelques autres bêtes noires de Washington, cela lui avait valu d’être taxé d’inexpérience et de naïveté par sa rivale et tout naturellement par John McCain le républicain, le sénateur noir n’a donc guère apprécié que George Bush ait de nouveau retourné le couteau dans la plaie, la maison blanche s’en défend et affirme que le président n’avait pas Barack Obama à l’esprit lorsqu’il a prononcé son discours, pas plus ajoute sa porte parole, qu’il ne pensait à Jimmy Carter qui lors de son voyage au Proche Orient a eu des entretiens avec des responsables du Hamas en dépit de l’opposition du département d’état, pour Nancy Pelosi présidente de la chambre, toutefois les propos de monsieur Bush étaient en dessous de la dignité d’un président, et le président de la commission des affaires étrangères au sénat Joe Biden a qualifié les propos d’un mot que la bienséance nous empêche d’écrire.

En campagne dans le Dakota du sud, Barack Obama a estimé que George Bush s’était livré à une attaque politique en terre étrangère, et il est prêt pour un débat qu’il se croit assuré de gagner car, dit-il, George Bush et John McCain ont à répondre de beaucoup de choses, la guerre en Iraq qui dure depuis 6 ans, Oussama Ben Laden toujours en fuite, Al-Qaida plus fort que jamais, la position de l’Iran en Iraq renforcée et le Hamas maître de Gaza, et voila la politique que McCain veut continuer !! Ajoute-t-il, il se moque ensuite de son rival qui jeudi a prêché la civilité et le bipartisme en politique pour juste après donner raison au président Bush et accuser de nouveau Obama de naïveté, à dieu la civilité, a ironisé le candidat démocrate. John McCain se voit pour sa part traité d’hypocrite par James Rubin l ‘ancien porte-parole  de Madeleine Albright, dans une tribune libre du Wasinghton Post, le mari de la célèbre journaliste de CNN Christiane Amanpour, rappelle que McCain il y  deux ans, dans une interview à une chaîne de télévision britannique, n’avait pas écarté la possibilité d’un dialogue avec le Hamas, le Fatah, n’ayant pas été capable de satisfaire les besoins et les aspirations des palestiniens ; aujourd’hui le camps McCain répond que toute négociation passe par des pré conditions, le groupe islamiste doit d’abord renoncer à la violence, accepter le droit d’Israël  d’exister ainsi que le principe de 2 états coexistant pacifiquement, en voulant discuter directement avec des dirigeants de pays qui se comportent en hors la loi, monsieur Obama a fait preuve d’un jugement incroyablement dangereux, ajoute l’Etat-major du candidat républicain.

John McCain s’est attiré la risée des démocrates et l’inquiétude des responsables iraquiens en transformant la guerre de 100 ans en guerre de 5 ans, s’il est élu promet-il maintenant, les troupes américaines seront retirées d’Iraq en 2013, et le conflit aura été gagné. C’est autour des démocrates de se moquer de la naïveté de l’ancien du Vietnam qui pourtant fidèle partisan de la politique de George Bush, commet un crime de laize majesté en établissant un calendrier de retrait départ des Boys en 2013, le gouvernement de Nouri al-Maliki aurait pour sa part préféré sur le sujet rester dans le clair obscure, dans l’intervalle les Etats-Unis continueront de payer la facture, la chambre a toutefois refusé d’adopter un budget supplémentaire pour financer les opérations militaires, le président Bush avait demandé 90 milliards $, les parlementaires ont ajouté 70 milliards de plus pour des dépenses qui pour la plupart n’ont rien à voir avec la guerre, monsieur Bush a tout naturellement dit qu’il ne signerait jamais une telle loi. Dans un rare geste de concorde !! Républicains et démocrates ont voté contre mais pour des raisons opposées, les 1ers étaient contre les fonds destinés à des projets intérieurs, les seconds hostiles à financer la guerre, il revient maintenant au sénat de trouver une formule de compromis ; et à propos de compromis, Barack Obama qui s’est vu reproché de manquer de patriotisme par certains, se promène désormais avec un petit drapeau américain à la boutonnière, comme George Bush est tout bon républicain conservateur.

Si Paris valait bien une messe pour Henri IV, la maison blanche vaut bien un pin’s patriotique pour Barack Obama.

00:03 Publié dans Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : barack obama, john mccain, hillary clinton, george bush, proche orient

Pour recevoir les mises à jour, saisir votre email

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu