Avertir le modérateur

jeudi, 08 mai 2008

Le Liban une nouvelle fois au bord de l’explosion

298585284.jpg2ème journée d’affrontements au Liban entre partisans du gouvernement anti-syrien et de l’opposition pro-Hezbollah, des affrontements qui ont lieu à Beyrouth ou l’aéroport a été fermé, et dans plusieurs régions du pays, la grève générale d’hier a servi de détonateur à ce nouveau face-à-face, alors que le pays est sans président depuis novembre, une situation désormais explosive.

  Les troubles se poursuivent au Liban, hier la grève générale et les manifestations sur des revendications sociales et économiques ont vite dégénéré en affrontements politiques, entre partisans du gouvernement anti-syrien et de l’opposition chiite pro-Hezbollah, des affrontements qui se poursuivent aujourd’hui dans plusieurs régions du pays ; à Beyrouth, l’aéroport a été fermé, de nombreuses routes coupées. Le Liban sans président depuis novembre dernier et dans une situation économique précaire, semble une nouvelle fois au bord de l’explosion, quelle est l’origine de cette nouvelle flambée de violences ?


Depuis un certain temps il y a une convergence entre le mouvement de l’opposition politique au Liban et le mouvement syndicale, l’opposition libanaise instrumentalisant de plus en plus leurs revendications sociales dans une situation économique très tendue ; ce qui s’est passé ce qu’il y  a deux jours le conseil des ministres avaient pris deux décisions assez importantes, la 1ère qui était le relèvement partiel et jugé insuffisant par les syndicats du salaire minimum, et au même temps le traitement de ce qui est appelé au Liban l’affaire du réseau de télécommunications du Hezbollah et ses instruments de surveillance de l’aéroport de Beyrouth, en révoquant le responsable de la sécurité de l’aéroport qui est un général Chiite, et donc les deux décisions du conseil des ministres ont provoqué 2 réactions au départ différentes, celle de la centrale syndicale qui a appelé à la manifestation aujourd’hui, et provoqué en parallèle tous les symboles de la communauté Chiite (Amal et Hezbollah) qui ont mis en garde le gouvernement et l’ont ouvertement appelé à revenir sur sa décision (annuler la révocation du général Choukair).

Ce n’est sûrement pas un nouveau phénomène, ce n’est pas l’ouverture des confrontations, ce n’est qu’un palier supplémentaire dans une crise qui est ouverte, qui est appelée à durer et probablement à s’intensifier, du moment ou le Hezbollah ne peut en aucun cas reculer puisqu’il perdrait la face et la crédibilité, et le gouvernement de son côté ne va probablement pas rétracter puisque la confrontation  avec le Hezbollah est devenue quasiment inéluctable.

20:21 Publié dans Monde | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : liban, beyrouth, hezbollah, chiites

Pour recevoir les mises à jour, saisir votre email

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu