Avertir le modérateur

vendredi, 04 avril 2008

Conseil OTAN-Russie, les questions qui fâchent sont abordées

A Bucarest où vient de s’achever le sommet de l’Alliance Atlantique, les 26 chefs d’états et de gouvernements de l’OTAN reçoivent le président russe Vladimir Poutine qui a plus d’une raison d’être irrité, notamment par les projets d’élargissement de l’alliance.

41de87a20f94fb19f7daec86199010e3.jpgLe sommet des 26 chefs d’états et de gouvernements de l’OTAN s’achève aujourd’hui à Bucarest capitale roumaine, parrain conseil OTAN-Russie, les dirigeants de l’OTAN reçoivent le président Poutine arrivé hier soir à Bucarest, il a décidé de participer personnellement pour la 1ère fois à ce conseil OTAN Russie qui existe pourtant depuis 5 ans, Vladimir Poutine quitte officiellement la présidence dans quelques semaines, et il va là encore imprégner sa marque et traduire l’intransigeance et l’irritation de la Russie après les décisions prises par l’OTAN durant son sommet de 2 jours à Bucarest.


2ac0d345eb7973c0e20c90f27568d8d8.jpg Sa mauvaise humeur s’est exprimée, à en croire Vladimir Poutine sans éclat de voix et dans un esprit « constructif », elle a pour cause première, le soutien formel de l’alliance au projet controversé américain de bouclier antimissile en Europe orientale, le dispositif est présenté comme une parade à une éventuelle agression iranienne, dans sa déclaration finale, le sommet le juge nécessaire « au regard des défis et des menaces du 21ème siècle », mais Moscou se sent visée par le Radar et les missiles déployés à ses portes, et accuse les occidentaux d’arrières pensées, « personne ne peut réellement imaginer que l’Iran oserait attaquer les Etats-Unis » a souligné le président Poutine, invitant au passage Téhéran à sortir de son isolement diplomatique dans le dossier du nucléaire ; seul effort manifesté à Bucarest pour désamorcer la méfiance russe vis-à-vis de ce projet, la proposition des 26 de relier entre les Systèmes Radar des Etats-Unis, de l’Otan et de la Russie, est visiblement resté sans effet.

L’autre pomme de discorde, c’est la question de l’élargissement de l’Alliance, et ce malgré le compromis adopté hier entre les états et le rejet provisoire des candidatures ukrainienne et géorgienne, Moscou en retient une promesse formelle faite à ces 2 états de pouvoir un jour rejoindre le cercle, à peine plus à l’ouest, l’invitation est déjà lancée à l’Albanie et la Croatie où George Bush est d’ailleurs attendu, il invitera les autres pays des Balkans à suivre le mouvement, d’où l’accusation russe « d’une extension qui ne prend pas en compte ses intérêts, et constitue une menace directe », l’OTAN, a défendu le président Poutine, ne peut garantir sa sécurité au détriment des autres accusant certains occidentaux de « diaboliser son pays », et c’est sans doute pour sortir de cette image que Vladimir Poutine a manifesté sa bonne volonté par exemple pour reprendre les discussions sur le traité CFE (traité sur les armes conventionnelles en Europe), « malgré tous les désaccords, une nouvelle guerre froide est exclue car elle ne serait dans l’intérêt de personne » a encore déclaré le président russe.

18:26 Publié dans Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Bucarest, OTAN, Russie, conseil OTAN-Russie, Valdimir Poutine, Etats-Unis, George Bush

Pour recevoir les mises à jour, saisir votre email

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu