Avertir le modérateur

lundi, 17 mars 2008

Vent de panique sur les bourses en Europe en Asie

3b53a3bd1b4bc07893fdffe1b94dabb9.jpgLes cours devissent en Europe et en Asie après un nouveau sommet atteint par le pétrole et par l’Euro, la monnaie européenne qui continue de grimper face au dollar.

Plus rien n’arrête ni la flambée des prix du pétrole ni la chute du dollar américain et le monde entier prend le pouls désormais chaque jour de ces incontournables baromètres de la crise économique ; ce matin en Asie le pétrole a établi un nouveau record qui devrait être rapidement effacé à 111,80 dollars, quant au billet vert il continue de reculer face au Yen japonais et surtout face à l’euro, un euro qui s’est changé ce matin à 1,59 dollars. Il y a comme un climat de saut dans le vide et rien d’étonnant donc à ce que les bourses plongent à l’unisson malgré une intervention surprise hier de la Réserve Fédérale, et ce sont les places asiatiques qui ont donné le la dès ce matin.


La scène n’aura donc pas attendu la fin du weekend pour tenter de remettre un peu d’huile dans les rouages du système bancaire américain, l’établissement a choisi d’intervenir avant l’ouverture des places asiatiques pour obtenir un maximum d’efficacité mais plutôt que de rassurer son geste a reçu un accueil glacial, pire il n’a fait que précipité la chute du dollar et des grands indices boursier mondiaux, sa politique d’argent moins cher destinée à relancer un marché du crédit asséché s’heurte à la défiance d’investisseurs qui préfèrent au dollar des monnaies à plus haut rendement comme l’euro ou réputées plus sur comme le Yen, résultat le billet vert continue de dégringoler posant de gros problèmes de compétitivité aux exportateurs asiatiques notamment japonais très actifs sur la scène internationale et qui voient leurs bénéfices réalisés en dollar fondre comme neige au soleil, d’où la chute en ce début de semaine des bourses de la région.

Comme un malheur n’arrive jamais seul, l’annonce de la réserve fédérale coïncide avec celle par la banque d’affaire JP Morgan du rachat de son concurrent Bear Stearns en difficultés, conséquence logique de l’implication excessive de ce dernier dans les crédits immobiliers risqués de type “Surprime“, un rachat qui se fait à un prix dérisoire 2 dollars par action Bear Stearns quand le titre valait encore 30 dollars la semaine dernière, signe que la crise est beaucoup plus profonde que prévu et que d’autres grands noms de Wall street sont sur le point de passer aux aveux.       

16:39 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Dollar, euro, pétrole, bourses, Europe, Asie, Etats-Unis

Pour recevoir les mises à jour, saisir votre email

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu